Aller au contenu

Le taux d’endettement tolérable dans la détermination de la capacité d’emprunt

Si vous voulez contracter un crédit auprès d’une banque, la première chose qui attise cette dernière est de connaître votre taux d’endettement. Si elle veut mesurer votre capacité d’emprunt, elle doit passer par cette étape. Quel est le taux d’endettement admis pour obtenir un prêt ?

Capacité d’emprunt : en dépendance avec le taux d’endettement

Dans la pratique, la banque n’accorde pas un crédit à l’aveugle. Toutefois, elle est prudente sur la manière dont vous allez rembourser le prêt. Pour s’assurer, elle prend en compte certains critères, notamment le taux d’endettement. Outre ce dernier, la banque schématise également votre situation financière à travers votre reste à vivre. Si vous disposez d’un crédit en cours, elle exige un échéancier de prêt montrant les mensualités à payer en euros.

Auparavant, tous les établissements financiers étaient libres d’octroyer un crédit sans prendre en compte du pourcentage du taux d’endettement. Malgré cela, plusieurs vies d’emprunteurs se trouvent en péril. Les législateurs ont dorénavant prévu une nouvelle directive pour maîtriser cette hémorragie. Ils se sont mis d’accord sur le fait que le taux d’endettement est fixé à 35 %. Le HCSF est l’un des organismes délégués pour contrôler le respect de cet arrêté. Tous les dossiers de crédit hormis cette réglementation peuvent faire l’objet d’un refus.

Procédé pour déterminer le taux d’endettement avant d’aboutir la capacité d’emprunt

Pour calculer ce pourcentage, la banque prend en compte tous les éléments constituant vos revenus. Si vous êtes employé d’une société, votre salaire fait partie de cette catégorie. Les autres sommes d’argent que vous percevez régulièrement sont également considérées dans ce volet, en l’occurrence les revenus locatifs et les pensions de retraite. Pour que le calcul du taux d’endettement soit pertinent, la banque vous demande l’état des charges fixes que vous payez tous les mois. Lorsque tous ces éléments sont complets, il lui reste à calculer le rapport entre les charges et les revenus. En général, il est exprimé en pourcentage et ne doit pas dépasser les 35 %.

A lire  La convention AERAS et l'assurance emprunteur

Vous êtes solvable si ce ratio est respecté. L’autre partie restante soit disant les 65 %, doivent parvenir à supporter vos dépenses quotidiennes. C’est à partir de ce moment que la banque va en déduire votre capacité d’emprunt. Si vous disposez des revenus considérables, cela suscite également un reste à vivre assez important.

Les cas recevables même si le taux d’endettement dépasse la norme

Puisque le taux d’endettement de 35 % est une norme imposée par la Cour de cassation et recommandée par le HCSF, il n’est pas facile pour les organismes financiers de l’enfreindre. Toutefois, il existe quelques profils que ces derniers accordent une exception même si la norme n’est pas respectée.

  • Pour les emprunteurs disposant de garanties considérables, ils peuvent les proposer à la banque pour la rassurer.
  • Pour les profils dynamiques dans la réalisation des épargnes, ils sont dans la mesure de présenter une partie à titre d’un apport personnel.

Tous ces moyens sont bons pour convaincre les décisionnaires de vous prêter de l’argent. La banque peut également servir de relevé pour voir votre historique. Si cette dernière est bonne, cela démontre que vous avez une forte capacité de gestion. Cela sera suffisant pour l’établissement financier de vous octroyer un crédit sans trop considérer le taux d’endettement. Cependant, si vous ne faites pas partie de ces profils, la banque met à votre disposition d’autres alternatives pour bénéficier d’un prêt, tel est le cas d’un rachat de crédit. Avec ce dernier, vous bénéficiez d’un taux d’intérêt moins cher. Si vous avez choisi une durée de crédit à long terme, le montant de votre mensualité diminue également.

A lire  L’assurance entreprise est-elle obligatoire ?