Les droits d’une femme dans une procédure de divorce

Même après avoir suivi de nombreuses thérapies de couples, la seule solution à votre situation est le divorce. Vous ne le savez peut-être pas, mais la femme a des droits qu’elle peut faire valoir pendant toute la durée de la procédure de divorce. Dans notre guide, découvrez quels sont ces droits.

Le droit à une pension alimentaire

Si vous êtes une femme au foyer, vous pouvez être inquiète sur l’aspect financier de votre divorce. En effet, à cause de cette séparation, vous allez vous retrouver sans ressource financière. Vous ne le savez peut-être pas, mais la loi vous protège dans ce genre de situation. Effectivement, vous pouvez bénéficier d’une pension alimentaire au titre de devoir de secours dès que la procédure de divorce a été enclenchée. Cette pension alimentaire peut se présenter sous la forme d’argent qui va prendre en charge :

  • Le logement de vos enfants.
  • L’éducation des enfants.
  • L’alimentation des enfants.

Elle peut aussi prendre la forme d’une résidence gratuite. Quand le divorce est prononcé, l’aide financière va être arrêtée. Pour équilibrer votre niveau de vie, vous allez donc demander une prestation compensatoire pendant la procédure de divorce. Mais vous pouvez aussi en faire mention durant la rédaction de votre convention de divorce. Vous pouvez d’ailleurs faire appel à une avocate à Lausanne dans le canton de Vaud pour préserver vos intérêts pendant votre divorce et pour faire valoir vos droits.

A lire  Divorce et séparation de corps : comprendre et choisir

Le droit de quitter temporairement le domicile conjugal

Si votre conjoint est violent avec vous ou vous maltraite, vous avez le droit de quitter le domicile conjugal quand la procédure de divorce est enclenchée. En revanche, si vous n’êtes pas victime de violences conjugales, vous devez informer votre conjoint et un de vos proches de votre décision de quitter le domicile conjugal pendant un certain temps. Cela vous évitera d’être accusé d’abandon de domicile conjugal.

Le droit de conserver le nom de votre conjoint

En épousant votre époux, vous avez pris son nom. Si l’exercice de votre activité vous a permis d’acquérir une certaine notoriété, vous avez le droit de conserver le nom de votre conjoint même après le divorce. Ce droit a été mis en place par le Code civil afin de permettre aux femmes de faire évoluer leur carrière même en cas de divorce. La fin de l’exercice de la profession peut mettre un terme à l’usage du nom du conjoint. Si par ailleurs, vous souhaitez conserver le nom de votre époux pour avoir le même nom que vos enfants, vous devez en faire la demande auprès de votre conjoint ou du juge aux affaires familiales. Si votre demande a été acceptée, vous pouvez la conserver et la décision doit être faite par écrit. La conservation du nom du conjoint peut d’ailleurs être temporaire. En effet, vous serez tenu de ne plus utiliser ce nom quand vos enfants auront atteint la majorité. À partir de cette date, vous ne pourrez plus utiliser le nom de votre ex-époux.

A lire  Déshériter son conjoint : les règles et conséquences à connaître

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*